Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 07:57

LABORATOIRE DE L'ÉGALITÉ : Les femmes, on continue à s'asseoir dessus ou on change pour de bon ?


Cette question vous interpelle ?
Venez découvrir notre campagne sur 
Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans Droits des Femmes
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 19:23

Un procès de viol bien ordinaire

 

L’expérience de plus de trente ans  pendant lesquels  le Mouvement Jeunes Femmes (mouvement féministe créé en 1947) s’est constitué partie civile devant les tribunaux auprès de victimes de viols, nous autorise à pointer quelques constantes  dans le déroulement de ces procès que nous retrouvons dans la procédure qui concerne DSK et Nafissatou Diallo.

D’abord l’accusé nie les faits, puis évoque un consentement de la plaignante, ensuite, si, en France, il a les moyens de payer un ténor du barreau, ou aux Etats Unis ceux d’engager des équipes de fouilleurs de poubelles, il va décrédibiliser la victime. Quand l’accusé est marié, son épouse le soutient. Les victimes de ce type de violences sont plongées , après l’agression , dans un chaos psychologique tel qu’il leur est impossible de reconstituer clairement les circonstances des faits. Il est donc facile de les accuser de mentir.

On le voit le procès Diallo /DSK, est bien ordinaire dans son déroulement.

Nafissatou Diallo a-t-elle menti ? Sur quoi ?  DSK n’a-t-il jamais menti ?

Quoi qu’il en soit , après cette affaire, il faudra encore plus de courage, et il en fallait beaucoup avant, aux victimes de viol pour porter plainte, surtout pour dénoncer  un homme de pouvoir.

Tristane Banon a ce courage, va-t-elle , comme Nafissatou Diallo, être l’objet de plaisanteries grossières et d’attaques machistes d’un autre âge ? 

 

 


Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans MJF dénonce
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:39

Nous avons avons écrit à Monsieur le Président de la République pour manifester notre opposition à la suppression de quatre services d’accès au droit : la Halde, le Défenseur des enfants, la commission nationale de déontologie,  le Médiateur de la République, et pour les remplacer par le Défenseur des Droits.


 

Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans Actions
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:37

Assises du MJF sur l’emprise 18 & 19/06/2011


Nous vous proposons de lire tous les compte-rendus des assises du MJF qui nous ont été envoyés.

 

Pourquoi ?

 

En effet il est important de faire participer le plus grand nombre à cette circulaire. Chacune avec ses émotions, ses centres d’intérêts, son style et sa mémoire, nous fait partager ces 2 jours à Cransac (12). Nous vous les livrons.

 

Merci à Claude, Marlène, Isabelle et Geneviève. Nous remercieons très chaleureusement les intervenants (Maître Combarel-Avocat, Dr Sinquin-Psychiatre) pour leur disponibilité et le groupe de Capdenac pour leur accueil très chaleureux.

 

 

Assises du MJF sur l’emprise 18 & 19/06/2011

 

 

Témoignages


- un témoignage écrit est lu par Christiane B... Il s’agit d’un fils schizophrène après une prise de drogue, aujourd’hui âgé d’une quarantaine d’années, qui n’arrête pas de culpabiliser sa mère à qui il rend la vie impossible car endetté et capable de tout...


- l’amie d’une fille d’une JF : réflexion sur les conditions de travail des femmes par rapport aux hommes, avec les inégalités de salaire, le plafond de verre et les problèmes hiérarchiques, ainsi que la non comptabilisation du travail domestique réalisé à la maison (exemple 106 euros/an après divorce pour une mère de 6 enfants, cultivatrice et avec beaux parents à charge...).


- Annette G. présente son cas familial de syndrome d’aliénation parentale (pervers narcissique qui se fait passer pour victime avec les 3 D :

 

dénigrement ???. Menant une vie syndicale, une vie d’élu, elle étant femme au foyer, son conjoint gérait tout y compris le baiser du soir aux enfants où il passait toujours en dernier... Dans l’emprise, enfants et conjoint sont instrumentalisés, avec une indicibilité vis à vis de l’entourage proche, afin de ne pas paraitre hystérique... Car, il n’y a pas de preuves avec un pervers ce qui a pour conséquence nombre de suicides, de défenestrations... Les enfants sont formatés par manipulation... Il y a une grande difficulté à démontrer au juge la perversité narcissique du conjoint... Ce dernier ne changera jamais en dépit de toutes ses promesses.... D’où une difficulté pour les enfants d’accepter d’aller consulter un psy. 25 ans après le divorce, l’emprise continue à travers ses enfants qui jugent leur mère coupable d’avoir demandé le divorce, son premier acte de sortie d’emprise étant d’avoir trouvé un emploi...


- autre témoignage d’une femme ayant souffert d’une destruction psychologique via un pervers narcissique (Sylvie, groupe de Capdenac)...

 

Intervention d’un avocat, Maître Combarel


1) Il faut porter plaintec’est à dire qu’il s’agit de dénoncer une infraction. Le plus important est d’aller raconter son calvaire au risque de ne pas être cru (e) !!!


2) Il faut prouver pour obtenir gain de causeet faire passer de l’innocence à la culpabilité celui que l’on dénonce (c’est le rôle du procureur qui poursuit ou non devant le tribunal) (d’où l’importance des certificats médicaux !)


MAIS beaucoup de femmes ne portent pas plainte (seulement 10 % des femmes violées le font ) ou la retirent, (une possibilité qui n’existe pas au plan juridique mais qui dépend du procureur lequel, au vu de la démarche de la plaignante, peut classer le dossier sans suiteavec, pour conséquence, le fait que la victime perd de sa crédibilité si elle se représente ensuite à la suite d’un nouveau changement d’avis).


Cependant, il lui restera toujours la possibilité de déposer plainte « avec constitution de partie civile »en allant chez le juge d’instruction qui peut réaliser certaines instructions ... Cela entraîne la mise en examen de l’auteur des faits qui, lui-même, se défend avec un avocat...

 

La loi du 9 juillet 2010

Elle n’est guère appliquée vu ses limites. Mais, c’est un outil supplémentaire prenant en compte les violences psychologiques(destruction progressive de la personne, notamment via l’emprise) et le viol avec actes de torture graves... La difficulté pour le juge est de rattacher le mal être de la personne à l’action du conjoint...

 

La nouvelle loi donne au JAF des pouvoirs en matière civile pour protéger la « présumée » victime : le JAF saisi en urgence peut faire une ordonnance de protection, il peut aussi saisir le procureur... Elle comporte l’interdiction de porter une arme.


Mais, il faut d’abord un débat contradictoire devant le juge qui, en urgence, convoque Mme & Mr, pas forcément ensemble, pour pouvoir ensuite prendre l’ordonnance de protection., laquelle aussi concerne les enfants... Cela implique quelques fois un délai d’attente d’un mois pour l’audience,

et l’ordonnance est de 4 mois, (qui peut être prolongé une fois si le couple est marié ???) puis le JAF doit être re-saisi s’il y a de nouvelles violences...


Pour les conjoints mariés il y a une possibilité d’intervenir auprès du JAF qui prend une mesure de protection en 2/3 jours, sans délai, face à la présomption de légitimité naturelle liée à la fonction.

Si l’ordonnance n’est pas appliquée il s’agit d’un délit (entraînant la correctionnelle ?). Elle permet aussi à l’association de faire de la prévention...

 

Les mariages forcés sont aussi assimilés à des violences pouvant être prises en compte. Un majeur peut demander au JAF une ordonnance de protection pour empêcher d’être marié de force, avec comme mesure de protection l’interdiction de sortie du territoire, mais alors qu’il faut aller vite, l’ordonnance implique souvent trop de temps pour être réalisée ...

 

Le problème du danger de l’agresseur reste avec sa mise en liberté... D’où, même avec la loi, la meilleure des protections est de PARTIR pour une protection physique...

En résumé, dans l’urgence, lors de l’accueil, il est conseillé de :


- Protéger la personne donc la faire partir de chez elle...


- Lui envoyer un avocat,


- Entreprendre ensuite les démarches.

 

Le certificat médical sans ITT détermine la gravité et les conséquences. Car pour les violences, même sans ITT, il s’agit d’un délit... Pour les violences volontaires l’ITT inférieure à 8 jours est prise en compte, pour les violences involontaires, la référence est de 3 mois ( ?)...

 

« Comprendre l’emprise, une relation violente ?

Personnalité du pervers et personnalité du masochiste : évolution de la relation entre les deux personnalités..

Dr Michel Sinquin, psychiatre dans un CMP à Albi, et à la Maison d’arrêt d’Albi

 

Dans un Centre Médico-Psychologique, il y a beaucoup de troubles dits anxio-dépressifs, et un accès gratuit à des soins psychiatriques.

  1. Une 1ère difficulté est l’ambiguïté de la demande d’un maintien de la relation de couple avec une personne dont la perversité n’est connue que par le témoignage de la victime et où la relation conjugale prend forme ; elle est un combat où la dépression est une fuite...

  2. Qu’est ce qui retient ces femmes dans cette relation ? L’emprise ! Face au pervers, la seule solution est la fuite, y compris dans la thérapie... c’est un tableau, vite caricatural, qui appelle une rencontre à 3, ce que refuse le conjoint le plus souvent. Si rencontré, ses propos sont souvent banalisants et, par rapport à son diagnostic, démunissent le psychiatre plus encore qu’avant.
  3. Comment rester dans la relation avec la patiente ? La dimension masochiste de la patiente anéantit sa possibilité de révolte et sa fuite, avec sa demande de réparation, de protection et de fuite : la victime espère changer son conjoint et rend le thérapeute impuissant, incapable de se déprendre de ce conflit de double. Il faut donc créer un espace de réflexion, avec un espace de liberté pour pouvoir créer une solution et trouver une stratégie... Le pervers et sa victime sont dans un système qui fait tenir ensemble les 2 protagonistes...

  4. Le mode relationnel Le pervers narcissique est décrit souvent comme aimable, parfois séducteur, respectable socialement impossible à imaginer en quelconque perversion. L’échelle d’évaluation est égocentrique, exigeant, avec un éloignement peu à peu de l’entourage, il modifie subtilement la réalité et s’en protége... Il critique de manière permanente, rien n’étant satisfaisant il y a très vite conflictualisation...

  5. Personnage respectable, une de ses caractéristiques est la culpabilisation. Le doute, quand il est trop envahissant, fragilise ; c’est l’un des éléments centraux du pervers dans sa relation avec sa victime. Celle ci le définit comme autoritaire. D’où la nécessité de lui retirer son arme à cause de l’usage qu’il pourrait en faire : plus sa victime le critique, plus elle se disqualifie. Il y a un fonctionnement sado-maso? D’où la recherche qui s’est portée sur des traits de caractère, repérant parmi les victimes des zones de fragilité... Ce qui est pervers est la relation à l’autorité (la crainte), le sentiment de culpabilité (représentation infantile de la relation à l’autre) et le désir d’être aimé avec la peur du rejet. La relation perverse transforme sa victime en personnage de plus en plus souffrant. L’opinion des autres ne nous est jamais indifférente, elle est nécessaire pour pouvoir remettre en question ses points de vue et évoluer. Si l’autre, dans son bon droit est inattaquable, si je dois me méfier de mes perceptions, je dois aussi me méfier de moi-même... Ce modèle de réaction est difficile à faire évoluer avec une méconnaissance du pervers et un sentiment d’impuissance croissante...

  6. Pour changer ce processus, il faut un minimum de restauration narcissique, ce qui est un processus psychothérapeutique. Le pervers a anéanti ce processus d’où l’importance du don de la parole à la victime en rétablissant son sens ... Plutôt que de vouloir changer le comportement du persécuteur, il s’agit d’amener la victime à faire un travail de deuil. La première mission du médecin est de soulager (médicaments, information sur le droit)... Dans la relation d’emprise il n’y a pas d’espace entre l’autre et moi... L’amour fou est une forme d’emprise. L’agresseur a besoin de sa victime pour vivre. Pour le pervers reconnaître son fonctionnement le détruit : il tombe en morceau. La pulsion de répétition dans le rôle de victime peut être liée à une non reconnaissance de ce statut de victime qui lui permette d’en sortir... Nécessité de cicatriser nos zones de faiblesse pour ne pas être dans la répétition.

 

Autour de la prise de conscience

 

Témoignages

 

- Une dispute au sein du couple, entraîne, malgré une chaise dans les mains qu’elle pourrait brandir, son refus d’être violente, tel son époux : elle décide alors que sa réponse sera de demander le divorce.

 

- Pour une autre, au bout de 6 ans elle juge la coupe pleine et dit stop !

 

- Annette précise qu’en ayant trouvé un travail elle a pu divorcé, qu’inconsciemment elle a établi une stratégie, d’abord le travail, puis la demande de divorce, conséquence de son autonomie économique...

 

Dr Sinquin

 

C’est à la suite de 3 ou 4 facteurs que le regard bascule à un moment donné : le deuil est fait, la victime pense que peut-être il pourrait en être autrement et que les choses se normalisent un jour... La notion de mise en danger par rapport à une relation désagréable, douloureuse, de non écoute, fait prendre le cap de la décision. L’enfant, mis en danger, peut être aussi un facteur de bascule vers le changement. Un facteur d’aide à la décision est de se décaler en pensant à ce que l’on dirait s’il s’agissait d’une autre.

 

Ce qui permet que le processus de la violence de la relation qui dure est lié à l’inconscience de cette violence et du risque de basculer dans la violence... D’un processus normal de conflit de couple où l’on accepte beaucoup de choses, le passage à la violence physique ou psychique qui entraîne un écho du même type est facteur de prise de conscience. Le basculement du regard de la passivité vers le début d’une maîtrise de son propre destin est qu’à un moment donné on regarde les choses différemment (même en dehors de la psychothérapie). Il y a une analogie avec les victimes d’agressions sexuelles quand elles apprennent que leurs sœurs ont aussi été victimes, cela libère leur parole face à l’intolérable...

 

De psychose à névrose et troubles de la personnalité, les psy. inscrivent leurs patients dans ces 3 groupes...

Les personnalités perverses ont mis longtemps à émerger, car ce ne sont pas des pathologies : il y a manipulation des autres mais elles ne sont pas en gde souffrance. Le pervers est malade s’il a une grande dépression après la rupture avec ce lien là qui le fait exister, quand la personne n’a qu’un seul mode de fonctionnement...

 

Echos du travail préalable aux assises...

 

Les questions de Toulouse :

- Qu’est ce que l’emprise évoque pour nous ? Elle se trouve dans l’Eglise, le pouvoir patriarcal, la nécessité d’avoir un homme, de sortir, de passer de la vie d’enfant pour aller vers la vie « mariée »... L’emprise est l’assujettissement à diverses sources : conjoint, travail, groupe social, religion... Elle est soumission, dépendance, poids, dépression, sous- estime de soi etc

- Face à notre vécu, nous sommes-nous déjà posé la question de l’emprise ? Oui, pour certaines avant 18 ans et pour d’autres avant 50 ans... Avec la mise place de l’indépendance via une ou des copines, avec la capacité de répondre et de poser un choix... Le comportement masculin mettant en place emprise est un comportement machiste... En écho, la Carmen de Bizet qui développe aussi le phénomène de l’emprise...

- Que peut-on mettre en place pour ne pas tomber dans cette relation d’emprise ??? Le féminisme, qui est un outil pour ne pas entrer dans cette relation d’emprise...

 

La réflexion de Lyon : l’emprise déborde la relation de femme et de couple et nous pouvons aussi être manipulatrices... Pour sortir de ce milieu, il y a une nécessité d’aides multiples cf dans la collection Il n’est jamais trop tardpour« Rompre ces liens qui nous étouffent »de Gérard Coussin ( ?) ; il y a difficulté pour rompre une relation toxique parce que souvent dans l’enfance il y a eu une relation toxique qui fragilise à l’âge adulte ; cf empreinte du lien primaire de la petite enfance dans la construction de la personne...

 

A Albi, il y a eu un travail à 3 sur la relation amoureuse. Une formation est donnée aux professionnels avec apport théorique et prise en charge au plus juste pour être dans le savoir pour soi et pas seulement dans le savoir pour être...

 

A Saint Cloud, le groupe a étudié le regard de la société sur la personne âgée : celles ci se laissent mettre sous emprise via des entreprises qui leur vendent des quantités de choses avec dates buttoirs pour répondre à la contrainte d’être toujours en forme et nier la décrépitude...

Il y a aussi une relégation dans les maisons pour personnes âgées de ceux qui ne sont pas nantis avec le droit de mal s’en occuper..

Dans les familles : il s’agit pour elles de ne pas être à la merci et apprendre à se désinvestir en tant que personne âgée par rapport à la prise de relais (risque du voisin ou de la voisine compatissante). Avec le souhait d’avoir la sagesse de savoir lâcher prise sans donner prise : l’emprise SUR et l’emprise DE ont été travaillés. La période heureuse dont la personne âgée, même sénile, se souvient est celle du pouvoir quand l’enfant était petit ???

 

A Capdenac, deux messieurs sont sous emprise dans le groupe... Dont un homme ayant un hôtel qui a renoncé à la prêtrise pour épouser la servante de l’hôtel à qui il donne la gérance... Divorcé, il continue à l’aimer et reste sous emprise, la seule solution étant de la coincer pour qu’elle s’effondre et qu’il cesse de la voir tout en reportant son amour uniquement sur ses enfants... Pour le groupe, un homme victime de violences doit être défendu comme une femme victime de violences, d’où un débat avec Christiane D. sur les formes de ce soutien, quand il passe par la même association.

 

Débat :

A Montpellier, on ne peut recevoir à la fois des hommes et des femmes. Pour Christiane D. cette violence spécifique contre les femmes s’ancre dans la culture patriarcale qui éclaire le pourquoi de la dépendance des femmes à l’emprise, via la Culture (et les rôles masculins) inégalitaire et hiérarchique entre Hommes et Femmes, ce qui est inconstitutionnel en France. Elle appelle à un travail de partenariat avec une autre association spécialisée dans l’accueil des hommes. . Le féminisme c’est un humanisme, dit-elle... A Marseille, les hommes victimes sont aussi reçus, dit Christiane B...

Bergerac, dans le cadre de la sensibilisation aux discriminations sexiste et de l’éducation au respect, travaille avec des collégiens et leurs enseignants à la réactualisation d’une exposition sur les stéréotypes genrés, Albi a fait un film à partir de la plaquette J. F. sur le handicap qui est largement utilisé dans le département pour des interventions dans le milieu scolaire...

 

Par rapport à la prévention : où sont les priorités ??? Au niveau local, il y a accord pour agir auprès des enfants pour les éduquer dans le sens de lutter contre la perversité et pour le respect... Au niveau national, il y a une nécessité permanente à ce que la société se repositionne par rapport aux limites qu’il faut identifier et repousser...

 

En conclusion de ces assises, il faut apprendre à faire un travail d’ajustement et de recadrage dans une société qui évolue.

 

Claude

 

 

 

 

Mouvement Jeunes Femmes Assises Nationales

18-19 juin 2011 Cransac Aveyron

Thème de réflexion: L’emprise

 

Samedi 18 Juin 9h30 : Témoignages des groupes

 

Pour Marseille Christiane Berthelot a lu 2 témoignages de femmes sous emprise dans la famille et au travail. Le premier texte intitulé « Comment raconter l’irracontable, le non-dit, le soupçon, l’impression d’être dans un entonnoir » est écrit par une mère que le fils de 41ans aujourd’hui, schizophrène après une prise de drogue, culpabilise sans cesse. Endetté et capable de tout elle ne peut le lâcher et il lui rend la vie impossible.

Le second témoignage porte sur les difficultés vécues au travail : inégalité de salaire, blocage du plafond de verre, problèmes hiérarchiques. La situation est encore plus précaire pour les agricultrices : exemple d’une cultivatrice, mère de 6 enfants et dont les heures de travail à la maison n’ont pas été prises en compte. Elle se retrouve après divorce avec 106 euros par an tout en ayant ses beaux parents à charge

Pour le groupe de Metz, A. G. présente son cas. Victime d’un mari pervers narcissique qui la détruit peu à peu. Gérant tout dans le foyer, formatant ses enfants, manipulant tous les proches, il la coupe du monde extérieur, la fait passer pour folle quand elle s’en plaint. C’est un monsieur apprécié ‘menant une vie syndicale et d’élu reconnue. Pas de preuve contre ce pervers. Elle s’en sortira par le travail difficilement obtenu et aussi grâce à son père, à une psychothérapie et au Mouvement Jeunes Femmes. Mais les enfants sauf un ont « suivi »le père pervers qui ne changera jamais. Il y avait une grande difficulté pour démontrer au juge sa perversité aussi après 25 ans les enfants jugent toujours leur mère coupable d’avoir demandé le divorce et refusent de consulter un psy pour eux-mêmes.

S. du groupe de Capdenac a également témoigné : mariée à un pervers narcissique qui l’a détruite psychologiquement elle s’en est sortie a porté plainte, divorcé. Elle a gagné son procès.

Echange : Des questions ont été posées aux intervenantes. Il a toujours été question d’hommes à positon sociale élevée ayant une bonne image et apparemment solides. Les victimes souvent battues, toujours injuriées, culpabilisées, dévalorisées, se mésestiment. Il leur faut une aide extérieure ou un déclic pour pouvoir commencer à réagir. S. a eu ce déclic lorsqu’elle a failli commettre l’irréparable par un geste violent en réponse à une attaque. Le geste violent a heureusement dévié mais pour ne pas agresser à son tour et pour son fils elle a désormais refusé la situation.

 

10h30 Maître Combarel Loi du 9 juillet 2010

Loi relative aux violences faites spécifiquement aux femmes au sein des couples et aux violences psychologiques et à leurs incidencessur les enfants

Loi bienvenue car nous sommes en pays de droit et la présomption d’innocence fait que la victime doit porter plainte et raconter son calvaire aux policiers, au risque de n’être pas crue, puis prouver les faits (d’où l’importance des certificats médicaux) et donc raconter l’intime pour que le procureur poursuive. Aussi 90 % des femmes violées ne portent pas plainte ou la retirent. Cette possibilité qui n’existe pas au plan juridique peut être utilisée par le procureur et le dossier est classé sans suite ce qui décrédibilise la victime si elle change d’avis et demande à poursuivre à nouveau. Toutefois il lui restera la possibilité de déposer plainte « avec constitution de partie civile » auprès du juge d’instruction qui peut réaliser certaines instructions et mettre en examen l’auteur des faits qui se défendra lui-même avec un avocat…

La nouvelle loi, même si elle est difficilement applicable, est un outil supplémentaire qui permet de prendre en compte les violences psychologiques (destruction progressive de la personne sous emprise) et le viol conjugal ; d’ailleurs on sait que les violences psychologiques sont concomitantes aux violences physiques, la plupart du temps elles les précèdent. Il suffit de démontrer que le contenu de la plainte est vraisemblable. Le Juge des Affaires Familiales a des pouvoirs pour protéger la « présumée victime » : le J.A.F. saisi en urgence peut faire une ordonnance de protection, il peut aussi saisir le procureur. Il peut éloigner la victime de l’agresseur, interdire le port d’arme à l’agresseur, faire payer les frais à l’agresseur, décider des relations aves les enfants dans la situation précise.

Mais, il faut d’abord un débat contradictoire devant le juge qui, en urgence convoque Mmeet Mr pas forcément ensemble, pour pouvoir ensuite prendre l’ordonnance deprotection, laquelle concerne aussi les enfants. Il y a un délai d’attente quelquefois d’un mois pour l’audience. L’ordonnance est valable quatre mois, elle peut être prolongée une fois si le couple est marié, puis le J.A.F.peut être ressaisi s’il y a de nouvelles violences. Pour les couples mariés le J.A.F. peut prendre une mesure de protection en deux-trois jours sans délai, face à la présomption de légitimité naturelle liée à sa fonction. Si l’ordonnance n’est pas appliquée i y a délit (entrainant la correctionnelle ?)

La loi est insuffisante car elle ne prend pas en compte les couples pacsés ou en concubinage. Par ailleurs, quatre mois est un délai trop court pour construire un dossier. La loi n’est pas assez bien précisée et aucun moyen financier n’est prévu. L’application, dépend beaucoup du procureur qui peut être attentif ou « matcho » à l’ancienne tout comme les policiers. Comment faire ? Il faut éduquer les différents acteurs. L’évolution va dans ce sens. Les violences conjugales sont une préoccupation récente. Il y a nécessité d’action cohérente entre les associations pour une sensibilisation des acteurs judiciaires, de la police et c… heureusement cela commence à se mettre en place.

La loi permet aussi aux associations de faire de la prévention…

La loi est aussi intéressante car elle assimile les mariages forcés aux violences psychologiques qu’elle traite et elle protège les mineures contre ces mariages. Une majeure peut demander au J.A.F. une ordonnance de protection pour empêcher d’être mariée de force avec l’interdiction de sortie du territoire comme mesure, mais alors qu’il faut aller vite, l’ordonnance implique souvent trop de temps pour être réalisée.

Le pus souvent l’agresseur reste libre et il y a danger malgré la loi aussi la meilleure protection reste la fuite. En résumé : dans l’urgence lors d’un accueil, il est conseillé de faire partir la personne de chez elle pour la protéger puis lui envoyer un avocat et enfin entreprendre les démarches.

Le certificat médical sans ITT détermine la gravité et les conséquences car les violences, même sans ITT, sont un délit. Pour les violences volontaires une ITT inférieure à huit jours est prise en compte ; pour les violences involontaires la référence est de trois mois

 

Débat

L’échange avec la salle a porté sur des cas précis et variés

Christiane Delteil insiste sur cette nouveauté : « croire la victime ». Elle estime nécessaire la formation des policiers et Assistants sociaux ; elle souligne le travail accompli par la « Commission préfectorale sur les violences faites aux femmes »

Carine remarque qu’il y a encore des policiers qui ne veulent pas reconnaître les problèmes des femmes

Michèle Cavaillé pense que ces commissions préfectorales ont besoin de bilans.

Sylvie Dognon rappelle que les gendarmes n’ont pas considéré son épaule cassée par son mari comme motif de plainte.

La suppression de commissariat éloigne les moyens de porter plainte

Maître Combarel préfèrerait que les certificats médicaux soient rédiges de façon moins timide car l’avocat a besoin de présomptions et le tribunal a besoin de traces

 

Samedi après midi 14h Conférence publique par le docteur Michel Sinquin psychiatre.

« Comprendre l’emprise, une relation violente ?  : Personnalité du pervers et personnalité du masochiste ; évolution des deux personnalités »

Le docteur Sinquin est psychiatre au Centre Médico-Psychologique d’Albi et à la Maison d’Arrêt d’Albi. Dans un centre médico-psychologique on rencontre beaucoup de troubles dits anxio-dépressifs il y a un accès gratuit à des soins psychiatriques

Michel Sinquin nous dit qu’après réflexion il a décidé d’intituler la première partie de sa conférence «  le pervers narcissique sa vie ses œuvres » La conférence sera transmise directement et insérée. Il y a eu de nombreux échanges déjà pendant la conférence puis après, avant la pause. La deuxième partie « Comment s’en sortir ? » a débuté par un échange de questions – réponses et le dialogue a encore repris à la fin. Les propos de Michel Sinquin ont été très éclairants. Sa disponibilité pour répondre aux questions, pour repréciser ou réexpliquer si besoin était, en toute amabilité nous a beaucoup aidés.

.

 

Débat avec la salle : Question : Qu’est-ce que l’emprise ?

R… : La relation d’emprise noue l’affect avec l’autorité et la violence. C’est la disparition de la dialectisation. Il n’ya plus d’espace entre l’autre et moi. C’est la fusion, une seule façon de penser et de faire, celle du pervers. Lorsque sa victime s’éloigne il ne la laisse pas faire, se dit abandonné.

Q… : Est-ce qu’un enfant peut reprocher à son père d’être pervers ?

R… : L’enfant est rarement en situation de récuser l’autorité du père. Une fois adulte il peut comparer le parent réel avec le parent idéal. Quitter l’idéal permet d’avancer et d’atterrir dans le réel. Le rôle du médecin est de soulager la souffrance. IL peut hospitaliser, donner l’information juridique, dire que l’abandon du domicile conjugal est une faute minime par rapport au devoir de vivre.

Q… : Est-ce que tout le monde peut se trouver dans cette relation avec un pervers narcissique ? R… : Il y a une compulsion de répétition de la victime. Le pervers établit sa supériorité sur les zones de faiblesses de sa victime qui doit cicatriser ces zones pour ne pas retomber dans le piège.

Annette G. évoque l’impact sur les enfants : Elle dit qu’elle souffre plus du comportement de ses enfants que de celui du père dont ils suivent l’exemple.

Q… : Quand et comment la victime prend-t-elle conscience de sa situation et commence à dire « non » ?

Sylvie témoigne : un jour un déclic s’est produit lorsqu’elle a répondu à une agression par un geste violent qui heureusement n’a pas abouti mais elle a réalisé, alors, qu’elle reproduisait le comportement de son agresseur. Elle a également pensé à son fils. Aussitôt elle a demandé le divorce.

Annette nous dit que c’est après avoir subi une humiliation grave pendant qu’elle cherchait du travail. Elle a alors décidé de divorcer mais après avoir trouvé du travail pour pouvoir le faire.

R… : A la suite de deux ou trois facteurs le regard bascule. Les choses changent radicalement quand la victime réalise que jamais la situation ne pourra s’améliorer et qu’elle ne pourra jamais changer l’autre. La prise de conscience du danger pour l’enfant, du fait qu’il y a écho en soi de cette même violence sont autant de facteurs de bascule. La position d’un tiers peut aussi provoquer le désir de changer d’attitude. Le basculement de la passivité vers le début d’une maîtrise de son propre destin se produit par ce qu’à un moment donné on voit les choses différemment, même en dehors de la psychothérapie. (Il y a analogie avec le comportement des victimes d’agression sexuelle : apprendre que leur sœurs ont été aussi victimes libère leur parole face à l’intolérable.). On prend alors du recul et la loi prend soudain du sens.

Le pervers narcissique n’est pas seulement manipulateur. Il a besoin de cette relation, son but est l’assujettissement de l’autre ; d’une fragilité cristalline, il éprouve une souffrance intense au départ de sa victime et s’effondre.

Q… : Quel est le regard du psychiatre sur ce pervers, est-ce un trait de caractère ou une pathologie ?

R… : C’est un trouble de la personnalité. De névrose à psychose et troubles de la personnalité les psychiatres inscrivent leurs patients dans ces trois groupes. Les pervers ont mis du temps à émerger car il ne s’agit pas d’une pathologie. Le pervers ne souffre pas, il est indifférent à la souffrance qu’il inflige, il ne ressent aucune culpabilité et ne demande pas à être soigné. Il demeure responsable de ses actes. Sa personnalité rigide n’a qu’un seul mode de fonctionnement, il tombe en grande dépression quand sa victime rompt le lien qui le fait exister

Q… : Peut-il cesser d’être comme il est ?

R… : Quand il prend conscience, quand il voit qu’il a écrasé l’autre, il peut interroger son comportement.

Q… : Pourquoi n’utilise-t-on pas le terme de « pervers narcissique » devant les tribunaux ?

R… : Il faudrait justifier ce terme en dehors du témoignage de la victime ; c’est comme pour le mot hystérique qui a une signification populaire différente de son sens en science psychologique.

Le lien de cause à effet ne peut être établi que par le juge. Le témoignage du médecin ne peut être que descriptif.

Remarques de Christiane Delteil : Qu’est-ce qui fait que notre société continue de sécréter ces couples là ? Notre société, toujours patriarcale préconise une stature masculine virile en relation avec une femme consentante passive. Lorsqu’on a commencé à dénoncer les violences conjugales, on a reproché aux femmes d’être la cause de leur propres déboires car sorties de leur rôle de bonnes épouses, bonnes mères, femmes au foyer aidant l’homme…

Cette culture inégalitaire et hiérarchisée véhicule les stéréotypes qui favorisent ces phénomènes d’emprise : l’homme est dit viril quand il tyrannise ; la femme est éduquée vers la soumission.

La meilleure prévention consiste à travailler sur ces représentations hommes/femmes. Travaillons sur ce qui est considéré comme « naturel » ou « culturel ». Lorsque les femmes voudraient porter plaintes elles ne sont pas certaines au fond, d’être dans leur bon droit. On n’est pas encore sorti de là.

Michel Sinquin évoque à ce propos le comportement d’une femme qui continue à acheter du vin à son mari qui en demande alors que par ailleurs elle se plaint du fait qu’il s’enivre et la batte.

Michèle Cavaillé rappelle que des institutions sont là pour aider les victimes dans certains pays européens

Q… : Est-il possible à un enfant de faire face à des parents en pareille situation de couple ?

R… : Pour les enfants il vaut mieux que la victime reste neutre. Les impliquer dans le conflit les rend malades. Il faut les protéger. Comme les enfants idéalisent leurs parents les comportements risquent de se transmettre. Il faut de la maturation pour accepter que père et mère soient des humains avec des défauts et des pulsions à maîtriser. Lorsque le parent victime veut préserver son couple à tout prix, il freine la prise de conscience de l’agresseur et de l’enfant. Il y a une règle fondamentale : on condamne un comportement, pas une personne. Il vaut mieux dire « ton père manipule » plutôt que « ton père est un salaud ».

Témoignage bref d’un adulte qui a eu un parent pervers et qui s’en est sorti.

Q.. : que dire des auteurs de violences, immatures ?

R… : Les auteurs de crimes sexuels sont souvent très immatures. En Maison d’Arrêt, c’est à eux qu’on impose un traitement psychiatrique. Ils ne comprennent pas les mots et ne peuvent pas s’exprimer. En groupes de parole on a pu constater la pauvreté de leur vocabulaire. Ils parlent davantage lorsqu’on leur propose d’imaginer des situations de provocation. Ces agresseurs ont une représentation de la sexualité mais sans interdit dans la relation avec des enfants. Ils n’ont pas de limite de comportement ; ils trouvent normal de se promener nus dans l’appartement, de laisser ouverte la porte de la douche ou des toilettes quand ils les utilisent. Les carences éducatives font commettre des actes pervers à des gens qui ne le sont pas. Tous les milieux sont concernés, mais ceux qui sont condamnés n’appartiennent pas aux couches favorisées de la société.

Q… : Mon fils a peur de faire comme son père.

R… : Quand on dit cette peur, on n’a plus la possibilité de faire pareil.

 

 

Dimanche matin 19 juin 2011 de 9h30 à 12h

ON a commencé par rapporter le travail de préparation aux Assises dans les groupes

Puis on a réfléchi sur l’appropriation des interventions de la .journée de samedi.

 

Rapport duTravail des groupes

-----Toulouse

Qu’est-ce que l’emprise évoque pour nous ? Elle se trouve dans l’Eglise, le pouvoir patriarcal, la nécessité d’avoir un homme, de sortir, de passer de la vie d’enfant pour aller vers la vie  « mariée »…L’emprise est l’assujettissement à diverses sources : conjoint, travail, groupe social, religion…Elle est soumission, dépendance, poids, dépression, sous-estime de soi et c…

Face à notre vécu, nous sommes-nous…..

suite intégrale des notes de Cathy

En conclusion de ces Assises : Dans un monde qui change, il faut faire un travail d’identification des limites avec réflexion sur le comportement relationnel.

Comment éviter l’emprise ? : poser des limites et recadrer, mais aussi poser des limites de soi à soi.

 

Marlène

 

Conférence de Michel Sinquin, psychiatre, lors des Assises à Gransac, le 18 juin 2011, sur le thème de « L’emprise »

 

De même qu’il n’y a pas de personnalités de victimes, il n’y a pas de solution unique qui ferait qu’une femme se dise « Cette situation ne peut plus durer, je veux que les choses changent radicalement* »

*radicalement faisant précisément référence à un deuil, fait à un moment donné de l’espoir que les choses, un jour, se normalisent.

Mais quels sont les motivations, évènements, facteurs de changements qui font que les femmes inscrites dans une relation de victime, pourraient penser un jour autrement qu’au travers d’une position passive et d’acceptation ?

Voici quelques facteurs qui font que le regard sur la relation bascule, celle-ci ne semblant plus pouvoir s’améliorer parce que « l’autre » ne pourra changer :

  • La notion de danger : « ma vie est en danger » « je peux accepter beaucoup de choses jusqu’à ma mise en danger » mais, quand cette limite est atteinte, la violence prend une dimension existentielle. C’est à partir de ce moment que peut s’inscrire la croyance que quelque chose ne peut plus durer comme cela.



  • Les enfants : « ils peuvent être en danger et je ne le supporte pas »

La notion de sacrifice de la victime trouve sa limite avec le danger des enfants (« je peux supporter beaucoup de choses mais je ne peux accepter que mon enfant subisse la même agression ») car la notion de « je suis en danger ainsi que mon enfant devient modèle relationnel insupportable.

Le pervers narcissique, de fait, trouvera sa limite dans les enfants.

Profil du pervers narcissique :



Le pervers narcissique est très manipulateur, il sait renverser les rôles et se faire passer comme victime. Sachant demander pardon et se présenter comme un gentil garçon qui a commis des erreurs et qui va changer, il affirme aussi que les choses ne se reproduiront pas.

Il peut dire « excuse-moi ma chérie, c’était un moment d’égarement, j’avais bu, j’avais des soucis » et il continuera à penser que pour lui, profondément, tout continue de bien aller : victime comme agresseur sont pris dans ce monde relationnel.



Ce qui est vécu par la victime comme du chantage est vécu par le pervers comme une nécessité absolue, dans le maintien de cette relation car sinon, il se sentira en danger.



Son but : l’assujettissement de l’autre, le contrôle plutôt que sa destruction car là aussi c’est le maintien du modèle relationnel qui compte.



Mais c’est lorsque ce genre de relation est rompu, que leur monde s’écroule, qu’ils rentrent en grande souffrance.

Alors, on les retrouve en psychiatrie : ce seront les seuls moments où un dialogue et un travail sont possibles avec eux.

 

Questions dans la salle :

- La victime peut-elle passer au statut d’agresseur sans s’en rendre compte ?

Oui, c’est un modèle de reproduction possible, dans lequel la victime est aspirée.

Elle s’imagine devenir comme l’agresseur (identification projective) se transformer dans le monstre qu’elle perçoit, s’identifiant à lui. Tomber dans cela, c’est comme quelque chose « qui lui éclate à la figure ».

La prise de conscience, le facteur de changementseront en marche lorsqu’elle se rendra compte qu’elle peut devenir aussi violente et l’exercer de la même façon.

Le travail psychothérapique est important, afin de mettre des mots sur la relation, sur la violence qu’il y a dedans et donc d’en prendre progressivement la mesure : c’est un peu comme un peintre faisant le portrait d’une relation et qui, se reculant pour mieux voir, dirait « Tiens, j’ai dessiné un visage que je connais »

C’est aussi sortir du rôle de victime : « je suis un individu avec mes qualités, compétences, talents et si j’ai été victime à un moment donné, c’est sur, je suis loin de n’être que cela.

La position de victime doit devenir une position du passé et redevenir un sujet à part entière.



  • Qu’est-ce qui fait qu’une victime, pouvant mettre des mots sur une relation, ne peut tout de même passer à l’acte de partir ? où si elle met en place des changements, pourquoi voudra t-elle toujours garder le lien ?



Le travail psychothérapique est important, utile mais souvent insuffisant.

Une victime peut se reconstruire pendant des mois et des mois dans une thérapie et rester quand même dans ce lien là.

D’autres « outils de bascule » peuvent avoir leur importance, qui témoignent de la maîtrise de son propre destin :

Croire en son statut de citoyenne, d’être sociale pouvant travailler et être autre chose que la « femme de », s’apportant ainsi une sécurité financière.



Un autre acte de « bascule » serait la réactivité par rapport à la position d’un tiers. Pour soi-même, le « c’est pas grave » est entendable alors que pour une sœur, une amie, « pas question, c’est intolérable » : la loi retrouve alors son sens.



- Quelle est la capacité d’un enfant à se défendre d’un parent pervers ?



La question des enfants est importante car ils sont instrumentalisés par l’un ou par l’autre. Le problème sera de les extraire du conflit des parents.

La principale difficulté que nous rencontrons, lorsque les enfants grandissent, c’est la culpabilité ressentie par rapport aux actes du passé, au sentiment qu’ils n’ont pas agit ou dit comme il l’aurait fallut.

Il faudrait les protéger en les mettant à l’écart pour éviter qu’ils ne tombent malades ; de plus, le parent non pervers devrait adopter une neutralité vis à vis de l’autre, afin d’éviter tout dilemme du style :

« J’aime mon père alors que ma mère dit que c’est le dernier des salaud et j’aime ma mère que mon père qualifie de « moins que rien ».



- Comment se positionne la psychiatrie par rapport à la personnalité du pervers narcissique ?

Globalement, nous avons une énorme difficulté de classification car soit on classe les choses par les conséquences, soit par les causes.

On parlera de troubles addictifs, neurologiques lorsque la cause est bien précise, sinon on ne sait pas trop.

Les personnalités perverses narcissiques ont mis longtemps à émerger dans les classifications.

Le pervers narcissique n’est pas considéré comme un malade mais il a un mode de fonctionnement tel qu’il manipule les autres. Il fonctionne comme cela, il n’est pas en souffrance et ce n’est pas une maladie.

Il est responsable de ses actes.

- Face au travail à un chef pervers, que peut-on faire pour contrecarrer la victimisation ?

Et quelle attitude doit-on avoir ?

Il existe une association nationale contre les violences faites au travail : l’ACVFTest

consultable, de très bons conseils et composée de juristes remarquables, qui peuvent se porter civil.

Il y a aussi une somme d’attitudes positives à avoir : dire aussi que l’on n’accepte pas la manipulation avec des propos comme « ceci est un mensonge, ceci est faux, c’est intolérable » : il est important de l’affirmer haut et fort.

Il faut dialectiser le conflit, afin que les choses n’enflent pas trop, ne prennent pas trop de proportions, en s’affirmant très tôt contre l’interlocuteur malhonnête.

C’est aussi une manière de s’opposer à l’accentuation d’une dérive.

Là aussi, le degré de tolérance d’une femme sera en fonction de son schéma d’éducation.

- Peut-on cesser d’être pervers ?

C’est au travers d’une dépression que le pervers peut prendre conscience parfois de son fonctionnement et le modifier un peu. De fait, il ne pourra plus répéter les mêmes choses.

Un pervers peut tout à fait changer même s’il rencontre rarement un médecin (car il trouve des relations qui comblent son besoin de maitrise)

Questionnement de Michel Sinquin :


« Pourquoi notre société continue de secréter depuis plus siècles ce genre de modèle de fonctionnement ? Comment comprendre cette répétition là ? »

- Intervention et piste de travail de Christiane Delteil :

« Vous resituez la violence conjugale dans la culture d’aujourd’hui, faite de valeurs hiérarchiques grandement inégalitaires entre les hommes et les femmes, avec des représentations stéréotypés du masculin et du féminin qui font que cela favorise ce phénomène d’emprise où l’homme est considéré comme viril s’il commet un certain nombre d’actes que l’on dit « banal ».

La femme, son attitude de soumission, est le résultat de toute une éducation, une éducation familiale mais aussi de la société toute entière.

Il nous faut travailler là-dessus parce que seul un tout petit nombre de femmes portent plainte contre les agressions subies. Il y a toute la masse des autres et, si l’on veut faire de la prévention, il faut travailler sur ces représentations ainsi que sur cette société qui reste encore profondément patriarcale (même si ce thème est aujourd’hui banalisé)

Si le champ de la violence conjugale est sorti du silence, c’est quand même grâce aux mouvements féministes Canadien, ayant beaucoup travaillé dessus en écoutant la parole des femmes »



« Une autre réflexion à faire serait sur ce qui est considéré comme naturel ou culturel.

Au début, on disait des femmes violées : « elles l’ont bien cherchées, elles portaient des mini-jupes ».

Quant aux violences conjugales, la justification venait du fait qu’elles sortaient de leur rôle de mères, qu’elles étaient trop libres.

Beaucoup de femmes n’osent porter plainte : d’abord parce qu’il y a le problème des preuves mais plus profond que cela, elles craignent de ne pas être crues, entendues.

Elles ne se sentent pas à leur place dans la sphère privée familiale »





Isabelle du Groupe d’Albi



 

 

 

 

L'emprise, D'abord trois témoignages. Christiane Berthelot pour le groupe de Marseille : 

 

Comment raconter l'inracontable, le non-dit, le soupçon, l'impression d'être dans un entonnoir ?

 

Premier texte lu: Elle ne peut lâcher son fils, il la culpabilise sans cesse. Comment l'aider ?


Deuxième texte lu: L'emprise au travail.


Annette Gunther pour le groupe de Metz. Texte lu.

 

Commentaire : Il se fait passer pour une victime, il est élu syndical, on croit ce qu'il dit. Pourtant il m'injuriait et me culpabilisait sans cesse. Comme son fils ne parlait pas à cinq ans, un psy l'a vu et m'a fait faire un an de psychothérapie, cela m'a aidée et j'ai eu la force de divorcer. J'ai accepté le divorce par consentement mutuel ; j'ai été aidée par mon père et par le Mouvement Jeunes Femmes. Mes fils reproduisent à mon égard le comportement de leur père. Ce père voulait être le seul objet de leur amour filial, être le seul qui les calinait le soir, et lorsqu'il rentrait tard le soir, il les réveillait. Comment sensibiliser la Justice à ce comportement ?


Maître Combarel conseille :

 

1- de porter plainte au commissariat de police afin de dénoter.

 

2- Prouver : sans preuves, le juge doit respecter  la présomption d'innocence. Lorsqu'on va au commissariat, c'est un moment douloureux car l'interlocuteur a des doutes. On parle de ce qui se passe à la maison, et notre tradition de société patriarcale veut que la femme victime se taise. Il y a une évolution, une reconnaissance de l'intolérable mais la souffrance supposée de cette première démarche fait que peu de femmes portent plainte.(10 °/o).

 

La loi du 9 juillet 2010 crée de nouveaux outils pour faciliter cette démarche. Soit la plainte peut être adressée au procureur, c'est lui qui décide de poursuivre ou  non. Si le dossier est classé  la victime perd toute crédibilité. Certains procureurs machos classent tous les dossiers concernant les affaires de sexe. Soit la plainte est assortie de constitution de partie civile devant le juge d''instruction. Cette démarche donnera lieu à une présentation au tribunal ou à un non-lieu.


La violence sur conjoint est un délit ou un crime.


La difficulté est d'obtenir des témoignages à cause du caractère intime du délit ou crime. La victime est parfois devenue hagarde et passe pour folle : elle n'est pas battue mais détruite psychologiquement, isolée, elle a du mal  à recueillir des preuves.


La nouvelle loi, qui est peu appliquée, comprend maintenant en plus des violences physiques les violences psychologiques qui en sont les prémices. Les témoignages entendus dans les procès en Cour d' Assises  de femmes tuées, le confirment. Il y a une volonté de détruire.


Le harcèlement, c'est la répétition, la pression continuelle. Ses conséquences  sur la santé sont constatées par le médecin mais il est difficile de démontrer l'origine de la dépression. De plus, les médecins se protègent.


La nouveauté de la loi du 9 juillet 2010 est que la victime est présumée victime.Le juge des affaires familiales ou le procureur saisi  peut faire une ordonnance de protection lorsqu'il y a une présomption de violences familiales  grâce à des témoignages de changements inquiétants. La ou les victimes sont mis à l'abri ( souvent théorie ) avec droit de porter une arme, tandis que l'auteur des violences en a l'interdiction. L'ordonnance prononce aussi des résidences séparées pour les époux. Mais, oû  partir ?  et qui doit payer le loyer du logement de celui ou celle qui est délogé ? quant à l'autorité parentale et le lien entre enfant(s) et père, cela est, en principe, décidé pour préserver l'intérêt de l'enfant.

Mais l'agresseur ne pourra-t-il pas rencontrer sa victime ? il reste libre et il lui est seulement dit de ne pas le faire.

( la suite au prochain numéro )                                                                           

 

Geneviève

 

Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans Actions
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:34

Une équipe d'animation nationale coordonne l'action des groupes locaux et des formations à partir d'une analyse féministe.

 






  • connaissance de soi
  • relation interpersonnelle
  • écoute et formation à la citoyenneté
  • communication, écriture et langage
  • rôles sexués, genre et représentation
  • violence et victimisation ...
formation



Un colloque annuel, des séminaires internes de réflexion, une assemblée générale, des stages et aussi : des publications - actes des colloques - circulaires - dossiers.

Stages

En cohérence avec l'objet ainsi défini, la formation au sein du mouvement va couvrir quatre champs : l'analyse des faits sociaux, la connaissance de soi et les relations interpersonnelles, la vie de groupe et sa dynamique, les lois et le système judiciaire concernant plus particulièrement l'égalité homme/femmes et les violences masculines à l'encontre des femmes.

La méthode : à partir du vécu des participantes et un apport théorique et technique, l'échange et la réflexion vont amener des changements d'attitudes ou de comportements, des prises de conscience, des constructions de compétences. Le travail sur le vécu aide à une approche du thème, et en renforce l'appropriation.

Les formatrices sont issues du mouvement, elles sont bénévoles et les adhérentes peuvent bénéficier d'une bourse du mouvement pour couvrir les frais occasionnés par le stage. Ces formations se déroulent en général sur deux journées. Certains thèmes sont traités sur plusieurs sessions.

 

Déroulement du stage :

  • Présentation des objectifs du stage
  • Accueil et présentation des participantes en relation avec ces objectifs
  • Attentes des participantes
  • Appropriation du thème par : Brain Stroming,lecture de textes, expression écrite, analyse d'image
  • Apport théorique à caractère, statistique, sociologique, philosophique ou psychologique suivant le thème
  • Travail sur les cas concrets apportés par les participantes par : jeu de rôle,mise en situation,travail de lecture des attitudes et des comportements
  • Elaboration d'une communication adéquate de bonnes pratiques, d'un fonctionnement éthique, d'une attitude empathique d'accompagnement, d'un accompagnement judiciaire s'il y lieu.
  • Evaluation par les participantes et leur formatrice
Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans Formations
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:31

Association Internationale des Victimes de l'Inceste

 

Mouvement Français du Planning Familial

 

Collectif Féministe contre le Viol

 

Comité de Défense de la Gynécologie Médicale


Young Women Christian Association

 

 

Collectif Droit des Femmes  

 

 

Coordination d'Associations pour la Défense de l'Avortement et de la Contraception (CADAC)

http://www.centre-hubertine-auclert.fr/organisme/cadac-coordination-des-associations-pour-le-droit-a-l-avortement-et-a-la-contraception

 

 

Coordination du Lobby Européen des Femmes (CLEF)

 

Amicale du Nid

http://www.amicaledunid.org/

                                        

 

 

La fondation Scelles  

http://www.fondationscelles.org

Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans Divers
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:29
Photo d’un mur, rue principale de Fuengirola* (Andalousie), juillet 2007

 

affiche fuengirola
« La société ne sera vraiment libre que lorsque les hommes et les femmes seront égaux »
Conseil pour l’égalité, Mairie de Fuengirola


Bravo Madame la Maire !

* l'imam de Fuengirola a été condamné pour incitation à la violence sur les femmes en 2004

Livres : 

 
Michela Marzano


Cinéma : Slovenian Girl

 

slovenianGirl

Le Mouvement Jeunes Femmes a aimé le film parcequ'il parle de la prostitution san tabou et sait l'amener très proche de nous. Le sujet est traité avec humanisme tout en décrivant néanmoins un monde où se mélangent perversions sexuelles et économiques.
L'interprétation est remarquable et touchante. Le personnage principal devrait, à priori, n'avoir qu'une existence très banale (étudiante issue d'un milieu modeste mais pas précaire). Ce n'est pas le cas! Elle nous entrîne dans des sentiments humains profonds et elle nous montre l'effet destructeur de la prostitution sur les relations avec les parents, les amies, les amants et la société en général. Les personnages masculins sont loin d'être caricaturaux, ils sont  très justes. Brefs, ce film est formidable et il faut le soutenir.

  Sortie : 2 février 2011

Paris - MK2 Beaubourg
Paris - Espace St Michel
Paris - MK2 Parnasse
Paris - Le Publicis

Ris Orangis - Les Cinoches

Le Mans - Les Cinéastes
Strasbourg - Le Star
Lille - Le Métropole
Valence - Le Navire
Avignon - Utopia

Sortie le 2 Février
Société de distribution: Epicentre Films: http://www.epicentrefilms.com

Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans MJF a aimé
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:27

Manifestation nationale contre les violences faites aux femmes le 5 novembre 2011 à Paris

Gynécologie: recul de la prévention (7 février 2011)

http://www.lemondecommeilva.com/gynecologie-recul-de-la-prevention,094

Communiqué de Presse

30 Mai 2008


        Le Mouvement Jeunes Femmes communique :

Mariage annulé:" Elle avait menti sur sa virginité".

La justice française se substitue au Pape et aux Imams : en effet le tribunal de Lille vient

d'annuler un mariage au motif que l'épouse avait menti sur "une des qualités essentielles de sa personne"
: sa virginité.

Cette interprétation du Code Civil de la notion de qualité  essentielle de la personne nous renvoie

aux  préceptes et lois islamiques d'oppression , de soumission et de maitrise des femmes ainsi qu'aux
préceptes catholiques des siècles  passés .

Si la loi française permet cela il faut l'abroger d'urgence sinon, s'en est fini du droit des femmes

des droits de l'homme et du citoyen et de notre République .


Annie Ségura-Daudé Présidente.



Pétitions

  • Pétition pour que la loi cadre contre les violences faites aux femmes soit discutée dans les assemblées parlementaires



  • Pétition Base élèves: nos enfants sont fichés, on ne s'en fiche pas !
    




  • « Ta bouche est fondamentale contre les fondamentalistes »

Cette pétition a été lancée par France Amérique Latine à l’occasion de la journée de lutte pour la dépénalisation de l’avortement en Amérique Latine et Caraïbe.

 

  • Non aux violences sexuelles comme arme de guerre




  • Droits des femmes en danger :

Réagissons contre le démantèlement des politiques d’égalité femmes/hommes

http://www.servicedroitsdesfemmesendanger.org

Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans MJF dénonce
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:25

Colloques

 
revues


  • Nous libérer aujourd'hhui, luxe ou nécessité - Toulouse 1982. (épuisé)
  • Naître femmes, devenir femmes, vers un avenir sans modèle. - Valence 1983. (épuisé)
  • Nous, femmes d'ici et d'ailleurs. - Marseille 1984 (épuisé)
  • Les femmes, le pouvoir et la vie. - Montpellier 1985.
  • Pouvoirs de morts forces de vie. - Marseille 1986.
  • Vivre à  deux à  l'ère de Narcisse. - Albi 1987.
  • Alice au pays des medias. - Bordeaux 1988.
  • La science et ses enjeux. - Albi 1989.                                                                                                                  
  • Enfant objet, enfant projet, enfant sujet. - Marseille1990. (épuisé)
  • Dieu a-t-il peur des femmes ? - Montpellier 1991.
  • Les valeurs s'en vont, quelles valeurs s'en viennent ? - Marseille 1993.
  • Qu'est ce que la démocratie ? - Albi 1995.
  • Les femmes et la justice. - Marseille 1996.
  • Laïcité j'écris ton nom. - Albi 1997.
  • Un siècle de vie associative, quelles opportunités pour les femmes ? Paris 2001.
  • Liberté, égalité, altérité. - Marseille 2002.
  • Corps objet de culture. - Toulouse 2004.
  • Vous avez dit amour ? - Toulouse 2006.



Prix de l'acte  : 3 euro + frais d'envoi.

Renseignements :

MJF Marseille   
5, cours St Louis
13001 Marseille
Tél: 04 91 54 49 85


Revues:

Numéro        Période                        Titres
121             Jan/Fév 1971            Le travail : pourquoi faire?
122             Mars/Avril 1971         Féminin, masculin
123             Juil/Aout 1971           Regards sur l'éducation permanente
124             Sept/Oct 1971          Le travail du Mouvement : colloque 1971 / projets 1972
125             Nov/Déc 1971           La fête
126             Jan/Fév 1972            Civisme et politique
127             Mars/Avril 1972         La violence
128             Mai/Juin 1972            La communication
129/130       Nov/Déc 1972           Confrontées au changement : 1) La Peur
131             /Mars 1973               Confrontées au changement : 2) L'économie
132             /Mai 1973                 Confrontées au changement : 3) Les valeurs
133             Juin/Juil  1973            Les vacances
135             /Janvier 1974             Région, Régionalisme, Régionalisation
136             /Mars1974                 L'argent
137             /Juin 1974                 Le logement et la ville
138             /Déc 1974                 Vivre la démocratie
139             /Mars 1975                Comprendre la crise
140             /Juin 1975                 La femme et la politique
141             /Juillet 1975               Santé et pouvoir¦
142              Oct/Nov 1975            Lier, concilier, réconcilier individuel et collectif
143              /Fév 1976                 L'Année de la femme et après ?
144              /Avril 1976                Le couple aujourd'hui
145             /Juin 1976                  Notre vie quotidienne : un choix politique
146             /Nov 1976                  Liberté, égalité, fraternité
147             /Fév 1977                  Notre vie quotidienne : un choix politique
148             /Avril 1977                 La Jeunesse nous interroge                                 
149             /Juil 1977                   L'éducation : épanouissement ou contrainte ?       
150             /Nov 1977                  Respect de la vie - Respect de la mort
151            /Fév 1978                   Des femmes luttent : 1) Dans le tiers monde
152           /Mai 1978                    Des femmes luttent : 2) Dans le monde occidental
153           /Juil 1978                     Vanité virilité violence; virginité  Inceste  irresponsabilité Outrage orgasme  Liberté
154           /Déc 1978                    Protégée, niée, démunie la femme et la justice
155           /Fév 1979                    Des étapes : des crises a l'Age adulte
156           /Mai 1979                    L'argent et nous
157           /Oct 1979                    Femmes dedans, Femmes dehors
158          /Déc 1979                    Notre corps : un étranger ? un géneur ? Un ami ?
159           Fév/Mars 1980             Pour une politique de l'enfance
160           Avr/Mai 1980                Quelle école aujourd'hui ?
161            Juil/Aout 1980              De la politique familiale
162            /Nov 1980                   Il bouge, il bouge le travail
163            /Fév 1981                   Ca marche la peur !
164             Mai/Juin 1981              Préparation du Congrès  : "Qu'inventons-nous pour défendre nos libertés"
165            /Nov 1981                   Jeunes Femmes : 1946 - 1981 / 35 ans de vie

Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans Publications
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:23

QUI SOMMES-NOUS



Association, créée en 1946, déclarée en 1957, agréée d'Education Populaire le 29/01/1974 par le Ministère de la Jeunesse des Sports et des Loisirs.



Présidentes successives:

  • Fondatrices : 1946 : Suzette DUFLO, Jeanne LEBRUN, Sylvaine MOUSSAT,
  • 74-81 : collège des permanentes
  • 1981-2004 : Yvonne PELAT
  • 2004-2010 : Annie SEGURA-DAUDE
  • Depuis décembre 2010,  Présidente : Marie-Cécile Moullin


Le Mouvement Jeunes Femmes est co-fondateur :

  • du Mouvement Français du Planning Familial
  • du Collectif Féministe contre le Viol
  • de Maisons d'Accueil de Femmes en Difficulté (Albi)
  • du Comité de Défense de la Gynécologie Médicale.


est aussi membre :

  • de la Fédération Française des YWCA (Young Women Christian Association)
  • du Collectif National pour le Droit des Femmes (CNDF)
  • de la Coordination d'Associations pour la Défense de l'Avortement et de la Contraception (CADAC)
  • de la Coordination du Lobby Européen des Femmes (CLEF)


Le Mouvement Jeunes Femmes :

  • accompagne des femmes victimes de violence, et, à leur demande, se constitue partie civile
  • devant les tribunaux forme des personnels de police, de gendarmerie et des services sociaux à l'accueil des femmes victimes de violences
  • intervient auprès des législateurs pour la défense et la promotion des droits des femmes s'associe aux manifestations internationales pour la défense des droits des femmes.

 

OBJECTIFS


  

Article 3 des statuts :

Le Mouvement Jeunes Femmes est une Association d’Education Permanente, féministe et laïque ouverte à toutes celles qui cherchent à mieux se situer dans un monde en changement .

 

A partir de leurs expériences de vie, elles confrontent leurs doutes, leurs convictions, leurs espérances.

 

Par l’information , la réflexion et l’action, les membres du Mouvement s’aident mutuellement à exercer leurs responsabilités individuelles et collectives.

 

Elles luttent contre toutes formes de discriminations , en particulier la discrimination fondée sur le sexe , notamment contre toutes formes de violences sexuelles. Elles agissent pour faire reconnaître la dignité de la personne.                                                                    




HISTORIQUE

 

Riche d'une histoire qui fonde ses compétences et ses analyses sur la réflexion, la formation et l'action au services des femmes et de leurs droits.

 

Comment, après le traumatisme de la guerre 39-45, aider les jeunes femmes à prendre leur place dans la vie du pays, socialement, économiquement et politiquement, place qu'elles étaient en droit de revendiquer compte tenu du rôle qu'elles avaient eu pendant ces années où les hommes étaient absents?

 

C'est le défi qu'ont relevé en 1946, des femmes protestantes en créant le "Mouvement Jeunes femmes ": Jeanne Lebrun, Suzettte Duflo, Sylvaine Moussat. Le premier groupe Jeunes Femmes, celui de Saint Cloud, aborde la première réflexion menée dans le
mouvement : l'éducation sexuelle des enfants.

Bien qu'il se démarque du protestantisme, le mouvement est reconnu par l'Eglise Réformée comme interlocuteur. En 1957, les statuts stipulent que le mouvement sera un lieu de rencontre pour celles qui vivent leur foi, et celles qui ne la partagent pas, pour s'aider mutuellement à faire face à leurs responsabilités. En 1971, la référence à Jésus Christ disparaît des statuts.

 

A travers la réflexion menée à Jeunes Femmes, qui part toujours du vécu des adhérentes, le mouvement va devenir un mouvement de promotion et de défense du droit des femmes et de la dignité humaine. Ces deux évolutions parallèles, vont se traduire dans les statuts en 1998, le mouvement se déclare féministe et laïque.

 

Mais cette décision ne marque pas un changement dans les actions puisque, dès1952, il est auprès du Docteur Weil Hallé pour fonder le M.F.P.F. et un tiers des animatrices du Planning familial sont "Jeunes Femmes".

 

Donc le Mouvement Jeunes Femmes est féministe et laïque. Ses engagements dans les combats menés pour le droit à la contraception et à l'I.V.G. au côté du Mouvement Français pour le planning familial en 74, et aujourd'hui au sein de la C.A.D.A.C. ne sauraient être menés dans un autre cadre.

 

Après une longue réflexion dans le mouvement qui a débuté en 87, un colloque en 97 : "Laïcité, j'écris ton nom", Jeunes Femmes approuve les mesures prises pour préserver l'école des manifestations vestimentaires d'appartenances religieuses. Nous avons dépassé l'aspect individuel de l'interdiction du port du voile à l'école,  qui, effectivement peut conduire à l'exclusion de l'école de jeunes musulmanes dont le sort ne nous est pas indifférent, pour affirmer notre position en faveur d'un respect strict de la laïcité, non seulement à l'école, mais aussi dans les services publics L'école doit demeurer le lieu d'accès aux connaissances en dehors de toutes les pressions communautaristes, d'opinions ou de croyance. Le port du voile, est pour nous une atteinte à la dignité et à la liberté des femmes, et cela nous le disons avec des millions de musulmanes, en France et dans le monde, qui attendent de notre république une grande fermeté sur cette question. 

 

Exercées à la veille citoyenne par nos formations, nous sommes aujourd'hui militantes pour une Europe laïque, et nous demandons la suppression de l'article 51 de la nouvelle constitution européenne. L'Europe ne doit avoir aucun dialogue pour ce qui concerne l'organisation de la vie publique avec les religions qui ne respectent pas le principe fondamental d'égalité en discriminant les femmes.

 

Accrédité par l'O.N.U. pour participer à la quatrième conférence mondiale sur les femmes, le Mouvement Jeunes femmes a conduit un atelier sur la laïcité et le droit des femmes au forum des O.N.G.

 

Au sein du C.P.L. (Comité Permanent de Liaison d'associations abolitionnistes), et avec lui, nous nous opposons à la réglementation de la prostitution en France et en Europe. Nous réfutons l'argument d'une prostitution dite "libre" qu'il faudrait protéger et réglementer. Notre expérience d'écoute et d'accompagnement, y compris judiciaire des femmes victimes de violence, notre participation à la création et au fonctionnement du C.F.C.V.( Collectif Feministe Contre le Viol) nous montre comment une femme peut être amenée à se soumettre "volontairement" aux pires traitements.

 

Notre association donne à ses adhérentes les moyens de se former à l'écoute et à l'accompagnement des femmes victimes de violences. Stages et séminaires sont animés par une équipe de formatrice bénévoles. Cette formation se prolonge par des colloques organisés chaque années autour d'une réflexion sur des faits sociaux.

 

La pratique Jeunes Femmes c'est la laïcité mise en acte : d'abord, la rencontre de celles qui croient en Dieu et de celles qui n'y croient pas, sans éluder et sans mettre en retrait cette catégorie de convictions, l'écoute et le temps qu'il y faut pour dégager les positions du mouvement, pour accompagner celles qui réclament notre aide, pour comprendre et respecter ensuite la liberté pour chacune de choisir sa façon de participer, la démocratie vivante et ombrageuse d'une gestion décentralisée, la liberté pour les groupes locaux de se saisir d'actions diversifiées dans le cadre des objectifs.

 

Le Mouvement Jeunes Femmes, riche d'une histoire qui fonde ses compétences et ses analyses est un mouvement de réflexion, de formation et d'action au services des femmes et de leurs droits.

Repost 0
Published by mouvement-jeunes-femmes - dans Divers
commenter cet article